Les histoires droles de l’echo

Un jeune pied-noir dont la femme est enceinte de huit mois fait son service militaire. Il téléphone à son épouse et lui dit :
– Dès que tu auras accouché, envoie-moi un télégramme. Mais surtout ne le rédige pas en clair, sinon toute la compagnie serait au courant, et je me ruinerais à leur offrir à boire. Tu n’auras qu’à mettre : “Viens vite, j’ai préparé un couscous.” Je comprendrai. Un mois plus tard il reçoit le télégramme suivant : ” Viens vite, j’ai préparé trois couscous dont deux avec merguez.”

Un vieux Juif meurt et rencontre Dieu en arrivant au paradis ; il fait le bilan de sa vie :
“- La pire chose qui me soit arrivée, c’est quand mon fils s’est converti au catholicisme…, dit-il.
– Moi aussi ça m’est arrivé… lui répond Dieu. – Et qu’est-ce que vous avez fait ? demande le Juif.
– Un nouveau testament…”

 

Au cours d’une réception un Rabbin se retrouve aux côtés d’un évèque.
Pour plaisanter, l’évêque dit au rabbin :
“- Alors dites-moi, quand allez-vous céder à la tentation et goûter au porc ?
– A votre mariage, Monseigneur, à votre mariage…”

Invité au repas de baptême, le grand rabbin est surpris à mettre de l’eau dans son vin.
Sautant sur l’occasion, le rigolo de service lui demande :
“- Et alors, vous baptisez votre vin maintenant ?
– Ah mais pas du tout, je le coupe…”

Un pêcheur se rend sur les bords d’un lac pour y taquiner le goujon.
Le premier jour, il hésite longuement sur le choix de l’appât, puis se décide pour le ver de terre. La journée se passe sans une touche ; pourtant, à sa droite, un autre pêcheur réalise de belles prises. Intrigué, il s’adresse à son voisin chanceux et lui demande quel appât il utilise : – Eh bien, répond celui-ci, voyez-vous, je suis chirurgien, et je me suis aperçu un jour par hasard que les poissons étaient friands d’amygdales humaines, c’est donc ce que j’utilise. Le lendemain, notre ami tente à nouveau sa chance, à l’asticot, cette fois. Mais, rien. Absolument rien !Et à sa gauche, un autre pêcheur réalise une pêche de rêve, sortant de l’eau sans discontinuer carpes, brochets, truites et anguilles…Comme la veille, notre pêcheur s’enquiert de l’appât utilisé.
– Je suis médecin-chef de l’hôpital municipal, dit son interlocuteur, et cela me permet de récupérer des bouts d’appendice humain en salle d’opération. J’ai constaté que tous les poissons en sont fous. Le jour suivant, le brave homme arrive au bord de l’eau, et voit qu’un autre pêcheur s’est installé sur le coin qu’il occupait la veille. Et ça mord ! Ca mord tellement que le nouveau venu est dans le poisson jusqu’aux genoux ; à peine le temps de jeter sa ligne à l’eau qu’il ferre et sort à chaque fois des “monstres aquatiques”. Blasé, le pêcheur lui demande : – Je suppose que vous êtes médecin ?
– Moi ? Non, je suis rabbin…”

Deux amis, Maurice et David, ne se sont pas vus depuis de nombreuses années.
Un jour, ils se rencontrent dans le Sentier : “- Maurice, mon ami, c’est bien toi ?
– David, ça fait si longtemps ! Comment ça va, les affaires ça marche ?
– Oui, très bien. Et pour toi ? Le magasin marche bien. Je suis toujours dans la confection et on attend un petit dernier, et toi ? Ca va aussi. Je rentre d’Israël, avec ma femme Rachel ; les enfants vont bien aussi… Ils parlent ainsi pendant quelques minutes, puis David invite son vieil ami à dîner un soir : Pour venir à la maison, c’est très facile. Je suis au 1, rue d’Aboukir. A la porte, avec ton coude tu tapes le code 624, puis tu donnes un petit coup de pied dans la porte et tu entres. Tu appelles l’ascenseur en appuyant sur le bouton avec ton coude, puis tu entres en tirant vers toi la porte avec ton pied. Enfin tu appuies sur le 3 avec ton coude. OK ? Ma porte est juste en face de l’ascenseur. Tu n’auras qu’à appuyer sur la sonnette avec ton coude, et on viendra t’ouvrir. Mais… pourquoi dois-je donner des coups de pied dans les portes et appuyer avec mon coude ?- Maurice, tu ne vas pas arriver les mains vides quand même ?”

 

« – Sur ma vie, Simon, le noir, c’est une couleur ! Non ! Jacob, c’est pas possible, le noir, c’est noir, c’est pas une couleur !
– Aïe, aïe, Simon, mais tu veux ma mort ou quoi ? Puisque je te le dis que le noir c’est une couleur !
– Écoute, Simon, on va voir le Rabbin, lui, il saura. Ils se retrouvent chez le Rabbin :
– Rabbi, Rabbi ! Dis-lui à Simon, que le noir c’est une couleur ! Bien sûr Simon que le noir, c’est une couleur !
– Le noir… c’est vraiment une couleur ? Eh oui ! Le noir, c’est une couleur ! Jacob et Simon repartent.
– Tu vois Simon, le noir, c’est une couleur ! D’accord, le noir c’est une couleur, mais le blanc, là, c’est sûr, c’est pas une couleur !
– Aïe, aïe, Simon ! Mais bien sûr que si, le blanc c’est une couleur ! Ah non, sur ma mère ! Le blanc, c’est pas une couleur, c’est blanc !
– Viens, Simon, on retourne voir le Rabbin. Rabbi, Rabbi ! Dis-le à Simon, que le blanc c’est aussi une couleur !
– Mes enfants arrêtez de vous disputer ! Le blanc…, le blanc…, eh oui, le blanc c’est une couleur !
Jacob et Simon repartent. Bon, Jacob, tu avais raison, le blanc, c’est aussi une couleur !
– Alors tu vois bien, Simon, que la télé noir et blanc que je t’ai vendue, c’est bien une télé couleur ! »

David rencontre Moshé :
“- Alors , il paraît que tu te prends pour le Messie en personne ?
– Je ne me prends pas pour le Messie, je suis le Messie !
– Ah bon, et comment le sais-tu ?
– Mais , c’est Dieu lui-même qui me l’a dit !
– Quoi ? Moi ? Mais je ne t’ai rien dit !”

 

Par un beau dimanche après-midi, deux religieuses se promènent dans le vieux Montréal lorsque l’une d’elle aperçoit deux jeunes filles qui selon toutes les apparences pratiquent le plus vieux métier du monde. Or, nos deux religieuses sont choquées de constater que l’une des demoiselles porte un chandail avec le nom de « JESUS » écrit bien en vue au niveau de la poitrine. Les religieuses sont scandalisées et elles ne peuvent s’empêcher d’aller parler à la jeune fille. – Vous n’avez pas honte de blasphémer le nom de Jésus comme ça… C’est scandaleux de provoquer les faiblesses des hommes en utilisant le nom du fils de Dieu. C’est tellement honteux que rien qu’à vous regarder, je devrais aller me laver les yeux à l’eau bénite pour avoir le salut de mon âme !
Une fois les religieuses parties, l’une des deux filles dit à l’autre :
– Je te l’avais bien dit que « Je suce », ça s’écrivait pas comme ça !
Une dame se présente chez le pharmacien.
– “Bonjour monsieur! je voudrais de l’acide acétylsalicylique, SVP !”
– “Vous voulez dire de l’aspirine ?”
– “Ha ! oui, c’est cela… je ne me souvenais plus du nom.”
———————————————————————

Une dame dit à un oculiste :
– Docteur, ma vue baisse.
– Ah ! Fais l’oculiste, et que faites-vous dans la vie
Je suis voyante…

—————————————————

 

– Bonjour, avez-vous amené au zoo le pingouin que vous avez trouvé dans la rue?
– Oui, il a bien aimé, mais aujourd’hui on va au cinéma.
————————————————

Au restaurant, le garçon demande au client:
– Comment avez-vous trouvé le beefsteak?
– Tout à fait par hasard, en soulevant une frite!
—————————————————————————

Au restaurant, Monsieur Dupont s’écrit :
– Garçon, il y a une mouche qui nage dans mon assiette.- Oh, c’est encore le chef qui a mis trop de potage. D’habitude, elles ont pieds ! –
————————————————–
J’ai battu un record. – Ah bon, lequel ?
– J’ai réussi a faire en 15 jours un puzzle
sur lequel il y avait écrit “de 3 a 5 ans”.
—————————————————————–
Une grosse femme, au bal, est invitée à danser avec un inconnu. Soudain ! un pet lui échappe. Gênée, elle s’adresse à son cavalier :
– “excusez-moi, ça m’a échappé ! j’espère que cela restera entre nous ?”
– “Ben non, j’espère que ça va circuler !”
——————————————————
Deux chômeurs discutent :
– Je vais ouvrir un restaurant à Paris pour gagner de l’argent, ça s’appellera ma queue Mickey
– Ça ne marchera jamais avec un nom comme ça !
– Pourquoi, il y a bien un restaurant qui s’appelle ma queue Donald (Mac Donald).
—————————————————————-
Un petit vieux de 95 ans. Un journaliste venu l’interroger :
– “Hé bien, mon brave monsieur, quel est le secret de votre longévité ?”
– “J’ai une vie bien réglée, moi monsieur. Le matin, à 6 h 00, je fais pipi. Vers 06 h 30, je fais caca.” – “Ha bon ? et ensuite ?” – “Ben ensuite… je me lève.”
——————————————————–
Plus Patriote que moi… tu meurs
Depuis ces derniers jours ma vie se complique !!! Je remercie tous mes amis qui osent encore me fréquenter malgré tous mes défauts… Je suis né blanc, ce qui fait de moi un raciste. Je ne vote pas à gauche, ce qui fait de moi un fasciste. Je suis hétéro, ce qui fait de moi un homophobe. Je suis de confession chrétienne, ce qui fait de moi un chien d’infidèle. J’ai plus de 60 ans et je suis retraité, ce qui fait de moi un vieux con (moi pas encore ouf !)Je réfléchis, sans avaler tout ce que la presse me dicte, ce qui fait de moi un réactionnaire. Je tiens à mon identité et à ma culture, ce qui fait de moi un xénophobe. J’aimerais vivre en sécurité et voir les délinquants en prison, ce qui fait de moi un gestapiste. Je pense que chacun doit être récompensé en fonction de son mérite, ce qui fait de moi un antisocial. J’ai été éduqué sévèrement et j’en suis reconnaissant à mes parents, ce qui fait de moi un bourreau d’enfants opposé à leur épanouissement. J’estime que la défense de mon pays est l’affaire de tous les citoyens, ce qui fait de moi un militariste.Voilà un bref aperçu de ma réputation ! Te reconnais-tu dans ce portrait ?

 

 

 

 

 

Hits: 8