20 mois ferme pour le fabricant de bombe du Frioul

Ladernière fois que la justice a eu affaire àYohanM., 22 ans à l’époque (en2014), c’était pour condamner ce jeune Marignanais à 6ans de prison fermedans un dossier de fabrication d’explosifs et de possessions d’armes,sur fond de menace terroriste sans cible clairement identifiée. Renvoyé devant le tribunal de Paris dans la peau d’un islamiste radicalisé, pour avoir entreposé 150kg de nitrate d’ammonium et du TATP confectionnés avec son cousin d’origine corse,le prévenu s’était surtout révélé à l’audience comme un ado attardé, accro au shit et regardant en boucle des vidéos d’exactions commises par des moudjahidines. N’ayant jamais ouvert le Coran ni pratiqué, YohanM . avait poussé son “délire djihadiste”-dixit lejugeTrevidic-jusqu’à hisser le drapeau d’Al-Qaïda sur le toit de lamaison de son père, entrepreneur à Marignane. “On était dans le registre de la baltringuerie totale”,se rappelle son avocat,Me Roubaud. Quatre ans plus tard, revoilà sa bouille contrariée encadrée par des cheveux mi-longs, petite taille et physique sec,entrain de se débattre devant un tribunal. En correctionnelle, cette fois, pour “consultation et détention d’images pédopornographiques”,résume la présidente Cécilia Zehani. “J’ai pas envie d’écouter ça”,tente d’interrompre la lecture des faits Yohan M., i llico repris de volée d’un cinglant “ici, Monsieur, c’est à nous de décider”. Étroitement surveillé et écouté par les services de renseignement depuis sa libération, le prévenu a chatouillé les oreilles des enquêteurs avec trois conversations datées de février 2018 que lui-même juge “dégueulasses”. Au téléphone avec son épouse, Juliette, qui vit à Bordeaux et ne semble aucunement choquée de la tournure des échanges,Yohan M. y évoquait leurs éventuelsfuturs enfants en des termes écœurants.”Tu me laisseras le bébé, je lui roulerai des pelles (…)Moi, je veux une fille…Si tu m’en fais cinq?Ce sera la partouze tous les jours àla maison (…) Quand elle aura 14 ou 15ans, je serais en train de la (…) quand tu rentreras (…). Ce sont mes filles, j’ai le droit de faire ce que je veux…”. “Satan se joue de nous. On va loin.C’est impressionnant”,finira-t-il par douter dans un ultime bavardage. “Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça. En tout cas, au fond de moi, je ne le pensais pas”,bredouille aujourd’hui YohanM. A la barre. Seulement voilà, tance le procureur, dans ce dossier, “il y a le poids des mots, qui ne sont pas poursuivis, aussi obscènes soient-ils, mais il y a aussi lechoc des photos”. Soit 600 images et 150 vidéos mettant en scène de très jeunes enfants, trouvées dans son disque dur au cours d’une perquisition menée à son domicile du Frioul. De la pédo pornographie consultée et téléchargée compulsivement sur le Darkn et, la face obscure du Web. Et ce, quelques jours seulement après les propos déviants tenus à son épouse.”Je suis tombé dessus par hasard. Je n’avais pas grand-chose àfaire de mes journées. On m’avait dit qu’il y avait des choses illégales sur le Darknet. Je voulais voir”, tente-t-il.”Il vous a d’abord fallu entrer des mots-clés etaller sur des forums pédophiles…”,le reprend la présidente. “C’était de la curiosité!Je les ai ensuite supprimés. Je ne suis pas fou!”,s’emporte-t-il. Ce n’est pas l’avis de deux anciennes petites amies, Émilie et Coralie, qui ont témoigné de demandes très ambiguës qu’il aurait également formulées au sujet de leurs filles, qu’il voulait”ardemment rencontrer”. “Il y a une gradation dans l’horreur. Tout montre les désirs sexuels qui vous animent pour de très jeunes enfants”, enfonce le procureur en réclamant cinq ans de prison, dont une partie pour la saisie d’herbe et d’un téléphone en détention.”Cinqans pourça?C’est totalement disproportionné et hors de propos…”, s’étouffe la défense. “C’est un pauvre gamin, totalement immature. Il a été signalé à 11ans pour des troubles du comportement… Oui, il atenu des propos abjects. Il en convient. Mais peut-être ne serait-il jamais passé à l’acte? Nous ne sommes pas là pour faire de la morale ou rendre une justice prédictive”, s’essouffle MeRoubaud. Pour ce nouveau “délire”, Yohan M. en prend finalement pour 20 mois ferme. En plus de la mentionS, il est désormais fiché comme délinquant sexuel. LaurentD’ANCONA La Provence

Hits: 44