chronique Mattei et Monti

La chronique de JJ Matteï

 

ARENICOLE : UN VERS MARIN.

Ce petit invertébré (de 10 à 25 centimètres de longueur), dont les tortillons de sable parsèment les plages, pourrait bien, un jour, révolutionner la médecine. Comme chez tous les êtres vivants, son hémoglobine joue un rôle essentiel: Celui de transporter l’oxygène à travers l’organisme. Mais celle de ce bestiau peut fixer 50 fois plus d’oxygène que celle de l’homme, tout en étant 250 fois plus petite.  Notre espèce  devra, peut-être, son salut à ces bestiaux. L’hémoglobine de l’animal pourrait servir un jour de substitut au sang humain et sauver de nombreuses vies. Aujourd’hui des malades ont été greffés avec des reins perfusés grâce à ce produit, dont une petite quantité a pu passer dans leur organisme.

   Les populations d’arénicoles peuvent atteindre des densités de 100-150 individus par mètre carré et constituer 30 % de la biomasse d’une plage ordinaire. Pas en méditerranée, malheureusement !  Evidemment c’est une source de nourriture importante pour des poissons plats et plusieurs espèces d’oiseaux limicoles (petits échassiers). Ces bestiaux sont, par ailleurs, des appâts recherchés pour la pêche en mer. Aujourd’hui nous les trouvons dans des boites de carton. Pas toujours en pleine forme ! Mais je me souviens d’un manchot particulièrement habile qui en récoltait, à la pelle sur une petite plage coincée dans le port de Toulon. Aujourd’hui la plage a disparu comme de nombreux coins sympas de nos jeunes années.  Contrairement à la nôtre, l’hémoglobine du bestiau n’est pas encapsulée dans des globules rouges qui déterminent le groupe sanguin (A, B, O…) Dès lors elle ne pose pas de problème de compatibilité. Je répète et pour faire court, les chercheurs ont mis le doigt sur un transporteur d’oxygène universel -une molécule miraculeuse que les médecins cherchent depuis toujours. En 450 millions d’années d’évolution, l’animal a réussi à se doter de sa propre bouteille d’oxygène interne par l’intermédiaire de son hémoglobine, qui stocke l’oxygène pendant près de six heures. Ainsi la greffe d’organe est naturellement venue se glisser dans les expérimentations : “Entre le prélèvement et la transplantation, un organe -coeur, rein, poumon…- est un peu comme les vers à marée basse: il a besoin d’oxygène”, expliquent les scientifiques. Aujourd’hui, pour éviter que le greffon n’accumule trop de lésions du fait de l’arrêt de l’oxygénation, il se trouve placé en hypothermie, puis réimplanté le plus vite possible.   Mais les organes souffrent et, en fonction de leur état, peuvent mettre plusieurs jours à redevenir fonctionnels.    Des chercheurs étudient donc l’utilisation de l’hémoglobine du ver marin: lyophilisée et réduite en poudre, elle serait incorporée à des pansements afin d’apporter l’oxygène directement au contact de la plaie. Un des leaders mondiaux de l’industrie pharmaceutique espère mettre un tel produit sur le marché d’ici à trois ans aux Etats-Unis. Au total, plus d’une dizaine d’applications médicales sont à l’étude. Même l’industrie agroalimentaire souhaite l’utiliser, pour améliorer la production des ferments lactiques. Alors ? Pensez-y quand vous l’enfiler sans autre forme de procès sur votre hameçon : Dites-vous que vous côtoyer de près une découverte scientifique majeure ! Est-ce ainsi que les bêtes sont ?    J-L M.

Coup de gueule de Monti

 

Macron : «il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent»

     C’est le président de la République qui parle et il ne peut pas s’empêcher de marquer chaque phrase de “son savoir parler français”. De même qu’il a pris goût à l’enfumage, il affectionne le “choc” des mots et ne s’en prive pas sachant que les journalistes ne manqueront pas de les relever. Bref, avant ce grand débat, parait-il “très chiant” pour adopter son franc parler, il s’est arrêté à Gasny où il a tenu a dialoguer avec la population. «Tout le monde s’est exprimé?», a  interrogé le président, avant de répondre point par point à ses interlocuteurs. Après une longue explication sur les retraites, lors de laquelle il a rappelé qu’il avait annulé une partie de la hausse de la CSG et a insisté sur l’importance de la réforme qu’il entend mettre en place cette année, Emmanuel Macron a évoqué la fonction publique, un «gros paquebot» auquel il faut selon lui «redonner de la souplesse». Idem sur la transformation du chemin de fer, une «bonne réforme» qu’il «fallait faire (…) depuis 20 ans» mais dont il tire quelques enseignements. Il est ensuite revenu sur la pauvreté, estimant qu’il fallait procéder en la matière à un «travail collectif très fin» plutôt que de se contenter d’instaurer un «face à face entre ceux qui profiteraient d’un côté et ceux qui seraient les vaches à lait de l’autre». «Une partie du traitement de la pauvreté est dans la personne en situation de pauvreté, en les considérant, en les responsabilisant, en les aidant à s’en sortir. Ils sont tous acteurs», a-t-il détaillé. «Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent». Il veut se donner l’allure décontracté d’un jeune homme qui parle cash et qui est doué pour faire croire qu’il est the “best”. Mais les journalistes ne sont pas dupes voici ce qu’écrit l’éditorialiste du Huffington Post  un site politique très sérieux et très lu : La Lettre de Macron aux Français est un chef-d’oeuvre d’entourloupes. Le Président masque avec cette lettre mielleuse ses manies néolibérales arrogantes: baisser les impôts, réduire les services publics, surtout ne rien changer. Ce débat est une opération de communication misérable qui ne sera d’aucune utilité face aux Gilets Jaunes et aux Français qui seront moins dupes qu’il ne le croit.” Fermez le ban !

Hits: 28