Coup de gueule de Monti La Page de JL Mattei

 

Coup de gueule de Monti

 

Notre région entame l’été sur les chapeaux de roues, avec une résurrection: le retour de la Formule 1 au Castellet où 200 000 spectateurs sont attendus ce week-end. Quelle fantastique entrée en la matière pour l’été 2018. Derrière, c’est la grosse cavalerie qui déboule. De la frénésie théâtrale d’Avignon aux Chorégies d’Orange, du Jazz des Cinq Continents à Marseille aux Rencontres Photos d’Arles, du délicat piano de la Roque d’ Anthéron aux envolées lyriques aixoises, c’est du caviar à la louche. À l’ombre de ces géants prolifère une myriade de festivals plus modestes et populaires (Istres, Sisteron, Barcelonnette, Martigues…) et de nouveaux venus comme cette mue de l’Orange Vélodrome en cinéma géant à la mi-juillet. C’est d’ailleurs cette richesse dans toute sa diversité que viennent chercher les touristes. Être le bronze cul de l’Europe ne suffit plus à assurer la prospérité de la région. La culture et le sport sont des valeurs bien plus sûres, qui génèrent de l’activité et de l’emploi, et qui en prime rendent heureux. Quand on voit la nouvelle et merveilleuse croissance culturelle d’Aix et d’Arles, l’effervescence sportive autour de l’OM, de Fos (basket), Istres et Aix (hand,rugby) et l’écosystème de la F1qui est parti pour grandir et durer, on se dit que la promesse est alléchante. Le printemps anxiogène et pourri se termine ce soir. Vivement demain!

 

 

La dépêche de Tahiti prête à changer de patron..

   Sur Radio1 : « le patron de Pacific Promotion, Teva Sylvain, a fait une proposition au tribunal mixte de commerce de Papeete pour racheter la société Rotative La Dépêche. La société qui imprimait le quotidien La Dépêche de Tahiti est en liquidation judiciaire depuis le 26 mars dernier. Selon TNTV, une offre de 3 millions de Fcfp a été faite par Teva Sylvain, qui affirme également vouloir renégocier le bail des locaux de la rotative avec l’actuel propriétaire de La Dépêche de Tahiti, Dominique Auroy.

Teva Sylvain indique vouloir se lancer dans l’impression d’un hebdomadaire d’informations générales et n’exclut pas de négocier à Dominique Auroy le rachat du titre La Dépêche de Tahiti, aujourd’hui en redressement judiciaire. »

 

 Dépannage ordinateur….                     Un N° de téléphone a retenir : 06 20 73 25 05… Si je suis en panne d’ordinateur  Mon dépanneur est a disposition. Un coup de fil et directement de chez lui il vous Répare la « bécane

 

La rubrique de Jean Louis Mattei

    ARENTULE ou Lycosa tarentula)

C’est une araignée. Toutes les araignées ne sont pas des mygales. La tarentule fait partie de la famille des araignées-loup. Ce sont de grosses araignées pouvant atteindre 3 cm de long, sans les pattes. Elles ne tissent généralement pas de toile, mais chassent à l’affût des proies pouvant aller jusqu’à la taille d’un petit oiseau ou d’une taupe, pour les plus grandes d’entre elles.

           L’animal est originaire du sud de l’Europe, et doit son nom à la ville de Tarente. Il est précédé d’une légende selon laquelle sa morsure venimeuse provoquait une maladie mortelle, le tarentisme. Elle vit au sol, et creuse un terrier garni de soie, dans lequel elle vit. Donc, pour le moment, elle sort des statistiques concernant les S.D.F.   Comme toutes les araignées-loups, le mode de reproduction de la tarentule est assez curieux : la femelle tisse un cocon  de soie, dans lequel elle enferme tous ses oeufs    . Ces œufs, elle les emmène sur son dos pour le transporter partout avec elle. Une fois que les œufs ont éclot, les petites araignées restent pendant un moment sur le dos de leur mère, jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment grandes pour se débrouiller toutes seules. « En avoir plein le dos ! » veut dire quelque chose chez le bestiau ! Du XVème jusqu’au XVIIème siècle, dans la région de Tarente, (Italie) les gens attrapaient cette maladie étrange que l’on nommait : le tarentisme. La science de l’époque imaginait que le tarentisme s’attrapait après avoir été mordu par la tarentule. Les symptômes ressemblaient à ceux de la léthargie. Le malade se mettait à somnoler. On pensait qu’il risquait de s’endormir et de ne jamais se réveiller. Le seul remède au tarentisme était de danser la tarentelle. Une danse rapide, très rythmée à laquelle tout le village participait. Ainsi en se trémoussant, on dissipait le venin et chassait la maladie. Aujourd’hui certains prétendent que nombre de fonctionnaires pourraient avoir été mordus par des tarentules. Ce qui excuserait leur somnolence et devrait susciter chez le public quelque clémence plutôt que de la rage!En réalité, si la tarentule est vraiment venimeuse mais son venin n’est dangereux que pour ses proies, à son échelle. Quoique douloureuse, sa morsure n’est pas dangereuse pour l’homme. A vrai dire on ne sait pas trop bien définir quel type de maladie pouvait être le tarentisme, ni même si cette maladie a vraiment existé (d’autant qu’elle semble avoir disparu mystérieusement…) : il s’agissait peut-être d’une excuse pour pouvoir danser la tarentelle, à une époque où la danse était mal vue par l’Eglise.   Quant à la parade nuptiale de l’animal, elle mérite notre intérêt. Elle semble être initiée par la reconnaissance de phéromones sexuelles femelles par le mâle. Certains chimistes affirment que c’est le cas dans notre espèce. Imaginez, pour vous, le même truc, équivalent à celui de l’animal : Voilà l’affaire : la femelle araignée doit être à proximité du mâle. Ou, alors elle a laissé derrière elle un fil enduit de phéromones que le mâle utilisera pour remonter jusqu’à elle. Une manière de corde à nœuds…si j’ose dire ! Des études suggèrent que ces signaux chimiques sont un facteur déterminant pour stimuler le mâle. Par exemple, des mâles placés dans des boîtes dans lesquelles des femelles de la même espèce avaient préalablement séjourné (puis retirées) entamaient leur rituel de séduction. Les mâles n’avaient toutefois aucune réaction lorsqu’on les plaçait dans des boîtes ayant auparavant accueilli d’autres mâles ou des femelles immatures. Démonstration est faite…Débrouillez-vous pour vous placer, la fois prochaine, au plus près de la dame convoitée. Puis laissez la chimie faire le reste…Est-ce ainsi que les bêtes sont ?

J-L M.

 

Hits: 61