Effondrements d’immeubles à Marseille : Xavier Cachard et Arlette Fructus suspendus du Conseil régional

Effondrements d’immeubles à Marseille : Xavier Cachard et Arlette Fructus suspendus du Conseil régional

Par F.T.

Xavier Cachard et Arlette Fructus.

Président LR de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, Renaud Muselier a décidé de suspendre ses vice-présidents Arlette Fructus et Xavier Cachard de leurs délégations et responsabilités à la Région, le second “avec son accord” précise-t-il. La centriste Arlette Fructus est en charge du Logement à la Ville, la Métropole et la Région. Le second, visé ce matin par des perquisitions, est l’un des propriétaires du 65 rue d’Aubagne, immeuble effondré ayant laissé huit personnes décédées sous des décombres le 5 novembre dernier.    La décision est forte en symboles de la part d’un Renaud Muselier en froid avec Jean-Claude Gaudin. Il suspend son ami Xavier Cachard et y ajoute Arlette Fructus pour indiquer qu’il n’est dupe de rien dans la guerre en coulisses qui se joue à droite sur le bilan d’une majorité face à l’habitat insalubre.

 

Sabine Bernasconi  face à Marseille d’en bas…..

Demain elle devra rendre des compte Mme  Sabine Bernasconi 44 ans 3 enfants qui a emporté le secteur 1/7 au socialiste Mennucci  Elle milite pour Piétonniser plusieurs parties du centre-ville dont elle est maire de secteur  et que l’on retrouve dans le principe des Dimanches de la Canebière dont elle est à l’origine. Sabine Bernasconi a d’autre part marqué une autre priorité concernant la réfection des enseignes des commerces. « Il faut arrêter de laisser faire n’importe quoi sur les devantures des commerces ! », s’exclame la maire qui propose de réfléchir à une charte esthétique. « Des subventions sont accordées à des porteurs de projet ou des commerçants déjà en place pour rénover leur devanture à hauteur de 80% la plupart du temps et sur un périmètre réduit : rue Grignan/Canebière/rue d’Aubagne/rue Breteuil », poursuit Camille Munoz. « Aujourd’hui on a validé une dizaine de dossiers pour un montant de près de 70 000€ ».   Il y a une stratégie de pourrissement dans ces quartiers populaires situés en plein centre-ville. Plus cela se dégrade, plus il est facile pour quelqu’un comme Sabine Bernasconi, maire de secteur, de dire que le quartier est vétuste et qu’il faut tout changer. Mais pas « changer » pour rénover, non, plutôt pour dégager les populations peu aisées qui y vivent. Madame Bernasconi voudrait calquer le développement de Marseille sur les villes de la Côte d’Azur. Et il semble bien que pour y arriver, elle ait décidé de ne rien faire pour les habitats indignes, de manière à jouer sur la spéculation. Une fois que les loyers auront augmenté, les pauvres n’auront plus qu’à dégager, vers les Quartiers Nord ou ailleurs.

D.M

Hits: 56