La chronique de JL Mattei

La chronique de JL Mattei

La cuboméduse d’Australie (Chironex fleckeri)

Aussi appelée « piqueur marin », « guêpe de mer » « main de la mort ». C’est une cuboméduse (méduses de la classe des cubozoa) de la famille des Chirodropidae. Elle vit dans les profondeurs moyennes, du littoral australien et du sud-est asiatique. Elle serait la méduse la plus venimeuse connue à ce jour. Mais les scientifiques méconnaissent votre belle-mère ! Ou s’ils la connaissent ils l’évitent comme la peste. Notons, d’abord que Chironex fleckeri n’est pas une « méduse » classique (Scyphozoa) mais une « cuboméduse » (Cubozoa), nuance ! C’est un groupe de bestiau assez différent malgré certaines ressemblances. Ils sont souvent plus petits et plus dangereux. Comme toutes les méduses, l’animal débutent sa vie en tant que planula, suivi du stade du polype. Sa forme pélagique (pleine mer) est la forme adoptée pour la reproduction ! Le corps adulte (cubique) de la cuboméduse peut être aussi gros qu’une pastèque. Les tranches en moins, justement parce que la pastèque ordinaire se passe aisément des tranches. Elle possède 60 tentacules longs d’environ 4 mètres, pour 6 mm d’épaisseur. Une paille ! Et elle se nourrit la bête ! Elle se nourrit de petits poissons et de crevettes roses (s’il vous plait), et fréquente les plages touristiques. Précisons qu’elle ne bouffe pas les baigneurs. Elle préfère les occire ! Son principal prédateur est la tortue. Contre la tortue, son arme est sa vision. Elle possède en effet 4 « grappes » de 6 yeux qui lui permettent de former des images. Et elle se tire ! Est-ce de la sagesse ou de la poltronnerie ? Dans l’état de la recherche…difficile de conclure.La bête a tué environ 70 personnes pendant les 100 dernières années rien qu’en Australie. Vous me direz : les Australiens…Mais quand même ! Il est vrai qu’ils jactent dans un mauvais anglais. Alors… Ses piqûres sont extrêmement douloureuses et son venin est capable de tuer un humain en quelques minutes. Naturellement elle ne tue pas intentionnellement. Enfin on le suppose… Mais elle est transparente…les baigneurs ne la voient pas. Ses tentacules très fins mesurent plusieurs mètres de long. Leurs nématocystes (cellules venimeuses) comportent un cil sensible chimiquement quand ils sont au contact avec une substance qui se trouve sur les poissons, les crustacés et les humains.     Ces cils (et non pas Cécile !) comportent, à l’intérieur, une fine et longue pointe. (Cécile n’a pas de pointe et elle est sympa). Dès qu’ils se déclenchent, cette pointe est retournée, son intérieur devenant son extérieur, elle est projetée en 600 nanosecondes. Elle injecte son venin directement dans la circulation sanguine. Pas encore de concours de vitesse. Mais avec le progrès et le goût de nos contemporains pour la compétition…Le venin s’attaque en même temps au système nerveux, au cœur et à la peau. En cas de mort, le cœur reste en état contracté. Ce qui fait mauvais effet.Un tentacule contient des millions de nématocystes, le venin pénètre donc sur une très large surface (on estime qu’il faut un contact minimum sur 3 mètres de tentacules pour délivrer une dose létale). Notons qu’un sérum antivenimeux très efficace existe, mais il n’agit qu’en 15 minutes alors que le venin peut tuer en 5 minutes. Pas le temps de mettre de l’ordre dans sa vie.   Est-ce ainsi que les bêtes sont ? J-L M.

 

Hits: 22