La chronique de Mattei et Monti

La chronique de JL Matteï

Chacal doré. Le Chacal doré (Canis aureus) est un bestiau qui se rencontre dans le nord et l’est de l’Afrique, dans le sud-est de l’Europe, au Moyen-Orient et jusqu’en Birmanie et en Inde. Autrefois largement présent selon des preuves paléontologiques fossiles, il a réapparu en Hongrie. L’animal a été aperçu en Suisse et dans les Grisons. En France, un individu a été photographié par un piège automatique dans le Chablais, en Haute-Savoie fin 2017. Le bestiau mesure sans la queue : 70 à 85 cm. Avec une hauteur au garrot : 38 à 50 cm. Poids : 7 à 14 kg. Vitesse maximale : 40 à 50 km/h (record 55)

Il a survécu dans des zones reculées, souvent désertiques, mais ce n’est pas une espèce uniquement adaptée aux pays chauds. On le rencontrait fréquemment au paléolithique dans le Caucase comme la hyène et la Genette. En un mot il a été contemporain des bisons, aurochs, mammouths compagnons de l’homme préhistorique durant les dernières périodes interglaciaires. Malgré son nom, le chacal doré n’est pas très lié aux autres espèces de chacal : des études morphologiques et moléculaires indiquent une plus grande affinité avec le loup gris et le coyote[. C’est un bestiau discret peu connu. Il est sensible à la rage mais, à l’instar du renard, il peut être vacciné.

Il vit en couple accompagné de ses petits. L’animal est fidèle à son clan. Très opportuniste, le chacal doré est capable d’exploiter un grand nombre de ressources alimentaires allant de fruits et d’insectes à des ongulés de petite taille. En Europe de l’Est une étude a conclu que sa niche trophique (habitat et alimentation) était proche de celle du renard : petits mammifères et cadavres de sangliers, chevreuils. Quelques oiseaux, reptiles, amphibiens, arthropodes et des matières végétales complétaient ce régime, à la marge.

Parce qu’il peut se déplacer plusieurs jours sans boire, ni vraiment manger, le chacal doré est adapté aux milieux arides et aux grands espaces.

Le bestiau est un excellent chasseur. Il attaque en meute. Il est volontiers nécrophage, mais comme la hyène il n’est pas un simple éboueur du désert. Léger, agile et opportuniste, il allie le flair et la rapidité du chien de chasse à la ruse du renard. Sa technique la plus usitée consiste à poursuivre une proie vulnérable (malade, vieille, blessée) jusqu’à l’épuisement, puis à lui mordre les tendons pour la faire tomber. Le chacal doré attaque alors directement le ventre qu’il éviscère. Les rongeurs sont souvent sa principale source de nourriture mais il peut exceptionnellement s’attaquer à des proies plus grandes comme de jeunes moutons ou des vaches. Si la taille de la proie est importante, les morceaux sont éparpillés dans des cachettes qui servent de garde-manger. Il a été et il est encore localement consommé, bien que sa viande puisse être source de parasitoses  (Leishmaniose). Est-ce ainsi que les bêtes sont ?   J-L M.

Les larmes aux yeux, Alain Juppé fait ses adieux à Bordeaux: “C’est un arrachement que de me séparer de qui j’ai tant aimé” – VIDEO

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a organisé ce matin une conférence de presse pour faire ses adieux à la ville Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a organisé ce matin une conférence de presse pour faire ses adieux à la ville dont il a été maire plus de 20 ans. L’homme politique est apparu ému face aux journalistes.

“Je n’ai pas pris ma décision de gaieté de coeur. Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple…”, a-t-il déclaré, les larmes aux yeux.

Et d’ajouter, avec émotion : “c’est un arrachement que de me séparer de qui j’ai tant aimé” … A qui j’ai tant donné. Allez, aidez-moi”. Des propos qui ont provoqué des applaudissements dans la salle

Coup de gueule de Dominique Monti

 C’EST  CORRIGE                                   On ne s’en tirera pas en citant Audiard   : « les cons, ça ose n’importe quoi, c’est même à ça qu’on les reconnaît ».Nous sommes des millions de français  à avoir eu un haut-le-cœur en voyant défiler le ramassis de blaireaux en colère le samedi   pour la grande  manif contre tout et rien… Les Gilets Jaunes … Mais des milliers , c’est trop peu. Certes, il faut oser gueuler ce qu’on a entendu dans cette manifestation , il faut oser et parfois friser l’inconscience pour  trimbaler ses gosses bien mis, bien nés et bien élevés à l’hostie bio, pour écorner   la  figure  de  Macron  en côtoyant la populace nazillonne, les  anciens à la retraite modeste, les sans emplois souvent de naissance,  les quenellards de la maison Dieudonné,  Tout ce qui  n’a pas de bonne odeur  était rassemblé, et finalement, malgré le tintamarre et casser du journaleux  cela ne faisait pas lourd, la Fange d’en bas acoquinée avec l’Encens d’en haut – deo gratias… Tous les samedis ses joyeux drôles ne nous gênent pas plus qu’il s’en faut, à l’heure sacré de l’apéro nous les voyons défilé et pour ne point se fâcher on garde un silence olympien laissant celles ou ceux qui font la une dans l’inégalité républicaine s’enfoncer un peu plus. ;   Il y a beau temps que des extrémistes de cet acabit s’ébattent librement dans ses rangs, sans que cela fasse vibrer le système au delà du club autoproclamé des « honnêtes hommes », les Melenchon, Gargaud , Drouet   et consorts,  qui s’avouent gênés par ce tintouin et mais ne le sont pas assez pour demander la purge. De temps en temps, la justice tape sur un des connards, on s’indigne, on parle d’exclusion, finalement, on n’en a rien à foutre, c’est comme le PS avec Guérini, c’est à jeter, mais après usage. Quand c’est qu’on commence l’épuration à tir réel? Du Kärcher à la Kalach, y a que le calibre qui change,  « Ils osent tout, c’est même à ça… »

Dominique Monti  .

Hits: 12