La page de Jean Louis Matteï

   La page de Jean Louis Matteï

 

LA VIPERE de la MORT : Acanthophis Acanthophis, du grec : acanthos = épine, et ophis=serpent, fait référence au fait que la queue de ces espèces se termine en aiguille. Ceci dit aucun naturaliste n’a observé un pareil animal recoudre une boutonnière.Il est de la famille des Elapidae et vit surtout en Australie. Appelé, simplement : vipère de la mort ou death adders par les anglophones, il concourt pour l’animal le plus venimeux au monde. Il n’est pas loin de gagner souvent le premier prix. Le bestiau vit dans les zones boisées, broussailles et dans les landes (fougères, herbes basses, etc). Il se balade avec un corps court et robuste, une tête de forme triangulaire et de petites écailles sous les yeux. Il mesure jusqu’à 740 mm de long. Il ressemble à une vipère, mais il est plutôt proche des cobras, mambas et des serpents corail. Il se présente avec des pupilles verticales et de nombreuses petites écailles sur le sommet de la tête. Il faut cependant le prendre au sérieux malgré son allure ! Les crochets à venin sont également longs et très mobiles mais encore loin de la taille rencontrée chez certaines vipères.Les naturalistes avisés racontent qu’il leur faut deux à trois ans pour atteindre l’âge adulte. Cependant leurs adolescents sont moins agités que ceux de notre espèce ! Les femelles sont généralement un peu plus grandes que les mâles. Les bestiaux peuvent également être facilement distingués des autres serpents en raison d’un leurre qui leur sert d’appât au bout de leur queue et qui est agité pour attirer des proies. La plupart ont de grandes bandes autour du corps, mais la couleur elle-même est variable, en fonction de leur localisation géographique. Les couleurs habituelles sont: noir, gris ou rouge et jaune, mais aussi brun et vert-gris. Contrairement à la plupart des autres serpents, les vipères de la mort ne recherchent pas activement leurs proies mais se placent plutôt en embuscade pour les attirer vers eux. Lorsqu’ils ont faim, ils s’enterrent dans le sol, le sable ou sous un tas de feuilles mortes, en fonction de leur environnement. Malins ils n’exposent que leur tête et leur queue, très bien camouflées. Au bout de la queue se trouve un leurre (caudal, forcément) qu’ils placent en face de leur tête et qu’ils secouent très rapidement de manière à ce qu’il soit confondu avec une larve ou un ver. Les voyous ! Alors, des oiseaux ou des mammifères peu méfiants finiront par tenter de saisir ce déjeuner attirant. C’est à ce moment-là que le serpent va frapper. Le bestiau est très venimeux ! Il injecte en moyenne 40 à 100 mg d’un venin neurotoxique ce qui en fait l’un des serpents les plus venimeux au monde. Chez l’homme, une morsure d’Acanthophis paralyse. Bien que cette paralysie soit mineure dans un premier temps, elle peut causer la mort par arrêt respiratoire en moins de six heures. L’acmé des symptômes se situe généralement entre 24 et 48 heures après la morsure.Les effets du venin peuvent être annulés grâce à l’utilisation de sérum antivenimeux ou en utilisant une molécule qui brise le blocus synaptique (la transmission) de l’acétylcholine utilisée par le système nerveux parasympathique. Est-ce ainsi que les bêtes sont ?J-L M.

Hits: 39