La page de JL Mattei

La page de JL Mattei

 

 

Sur l’île de Bornéo vivent tranquillement les loris lents. En tant que « primates », nous sommes nous-mêmes, sur notre archipel, plutôt pacifiques sauf quand nous sommes violents (comme dit mon ami Jules) Là bas ces primates nocturnes ont une morsure toxique. Peu connus de la communauté scientifique : Ils ne peuvent pas tout savoir ces scientifiques ! Une étude récente a identifié une nouvelle espèce, le Nycticebus kayan. Les bestiaux, dont le Nycticebus coucang de l’île de Bornéo, aux airs charmants, sont les seuls primates dont la morsure est toxique. Celle de ma belle mère aussi… Je l’approche de loin…avec de longues pincettes. Notre animal est proche du lémurien. Il est arboricole et nocturne. On connaît mal sa vie sociale si ce n’est qu’il passe généralement la nuit à manger seul.

     (En provençal : Goustesoulé) Bon ! Tant qu’il ne se livre pas à quelques orgies…Jusqu’à récemment, seulement trois sous-espèces de loris lents étaient référencées sur l’île de Bornéo. Généralement tout le monde s’en fout. Mais, bon ! Faut bien gagner sa vie : Et les scientifiques, aussi, ont besoin de gagner leur croûte ! Considéré comme vulnérable le loris lent est méconnu des Hommes. (Avec majuscule ! Vous allez comprendre pourquoi) Sauf de Rachel Munds, de l’université du Missouri. Elle explique : « historiquement, de nombreuses espèces sont passées inaperçues, elles ont été regroupées à tort en une seule espèce. Bien que le nombre d’espèces de primates reconnues ait doublé au cours des 25 dernières années, certaines espèces nocturnes restent cachées à la science »…C’est, peut-être une ruse du bestiau qui a compris qu’il fallait se méfier des humains. Une équipe internationale s’est intéressée aux loris lents de Bornéo. La fourrure de ces animaux est particulièrement remarquable. La coloration du poil est unique. « Adorable ! » dit ma copine. Nombreux sont les bestiaux « adorables » pour ma copine ! On observe des plaques distinctives autour des yeux de l’animal, donnant à son visage une forme de masque. On caractérise les différentes espèces par ces « masques » Donc une nouvelle espèce à Bornéo : le Nycticebus kayan. Il a des yeux attendrissants. Mais il faut s’en méfier, sa morsure est dangereuse, je l’ai dit ! Les loris lents sont les seuls primates dont la salive est toxique pour l’Homme. Ce n’est pas le cas de l’escargot qui vous suit depuis un moment. Pourquoi ? Parce qu’il ne salive pas, lui ! Contrairement à ce que vous avez toujours cru.   Nycticebus kayan doit son nom à sa localisation géographique. On le trouve dans l’est de Bornéo. C’est une région montagneuse où coule la rivière Kayan. L’exploration de la région suggère qu’il existe une importante biodiversité à découvrir dans la jungle de Bornéo, des îles environnantes et des Philippines. (Mais qui s’intéresse à la biodiversité ? Qui ? Apparemment seuls les Olympiens marseillais ne manquent pas de fans ! Il est vrai que lorsqu’ils gagnent ce sont de sacrés bestiaux ! Quand ils perdent-rarement- sauf s’ils sont trahis par un arbitrage fantaisiste, il est impossible de les identifier : Ils perdent, c’est vrai, mais à qui la faute ?)   Est-ce ainsi que les bêtes sont ?

J-L M.

Hits: 76