La petite fille de Mitterrand concernée dans l’affaire Hullot

Nico­las Hulot : la jeune femme qui aurait déposé plainte serait l’une des petites-filles de François Mitter­rand

LA PLAINTE AVAIT ÉTÉ CLAS­SÉE SANS SUITE

Accusé de harcèlement sexuel, Nico­las Hulot est aujourd’hui dans la tour­mente. Selon les informatisations révélées par Le Point, l’une des petites-filles de François Mitter­rand serait en fait la première victime supposée à avoir déposé plainte contre le ministre de la Tran­si­tion écolo­gique.

Nico­las Hulot est aujourd’hui visé par des accu­sa­tions d’agres­sions sexuelles et de harcè­le­ment. En effet, le maga­zine Ebdo, dont le premier numéro paraît vendredi 8 février, contient un dossier de 8 pages qui a poussé le ministre de la Tran­si­tion écolo­gique à prendre la parole au micro de Jean-Jacques Bour­din sur BFM TV. Dans ce dossier, les jour­na­listes ont mis en avant deux affaires douteuses : la première concerne le témoi­gnage d’une ancienne sala­riée de la Fonda­tion Hulot aujourd’hui char­gée de mission à l’Assem­blée natio­nale, alors que la deuxième relate une plainte « vieille » de 10 ans au sujet d’une jeune femme qui aurait été victime d’agres­sions en 2008.

Selon les infor­ma­tions révé­lées par Le Point, cette première victime serait en fait l’une des petites-filles de François Mitter­rand. Son témoi­gnage devrait figu­rer dans le nouveau jour­nal, mais l’un des jour­na­listes en charge du dossier Laurent Valdi­guié n’a pas souhaité faire de commen­taire : « Nous ne donnons aucun nom dans notre article », a-t-il affirmé au Point.

Ce n’est pas la première fois que le nom « Mitter­rand » est asso­cié à cette affaire. En 2010 déjà, la journaliste d’Europe 1, Béren­gère Bonte, évoquait la person­na­lité de l’anima­teurd’Ushuaïa et sa suppo­sée rela­tion avec « une petite-fille de Mitter­rand, appren­tie photo­graphe, qui passe une semaine chez lui sans rame­ner un seul cliché, une fille de ministre courtisée à la limite du harcè­le­ment et d’autres, impos­sibles à citer ici », pouvait-on lire. Face à ces accusations, Nico­las Hulot a tenu à démen­tir en affir­mant que « cette plainte avait été clas­sée sans suite ». Le ministre a égale­ment dénoncé l’enquête réalisée par le journal qui pour­rait avoir de lourdes consé­quences : « Par voie de consé­quence, on touche à mon honneur, il s’en remet­tra, il touche à ma famille et à mes enfants, je dis stop. »

Hits: 4