Le Billet de JL Mattei

Le Billet de JL Mattei

    Un faux-scorpion mais une vraie teigne.

  Ce pseudo scorpion est donc une araignée !  Comme son nom ne l’indique pas !  Une araignée qui avance incognito, dans le vaste monde.  Ajoutons qu’il est aussi un parent éloigné du vrai scorpion. Mais sa taille est bien inférieure, son abdomen est de forme différente et surtout, il ne possède ni la queue si caractéristique ni le dard craint de tous.

   C’est à cause de ses deux pédipalpes (ses bras dotés de pinces qu’il brandit en avant) que l’on dirait un petit scorpion au corps ovale et aplati. La grande différence avec le scorpion, c’est, donc, qu’il ne possède pas le redoutable aiguillon à extrémité de son abdomen et ne mesure que de 2 à 5 mm de long.   Le bestiau est couleur beige, jaune foncé et brun. Curieusement il peut avoir deux ou quatre yeux…ou pas du tout d’yeux du tout ! Rien ne distingue le mâle de la femelle. Le mâle pseudo scorpion féconde la femelle en déposant un spermatophore (un sac de sperme) dans la femelle. La durée de vie du pseudo scorpion va de deux à cinq ans. il  lui arrive de passer l’hiver sous terre dans un cocon de soie. Ce qui, apparemment ne lui est pas désagréable. J’en connais une qui ne dédaignerait point de passer l’hiver, l’automne et le printemps dans un cocon de soie ! Dans la nature, l’animal se tient sous l’écorce des arbres, sous des pierres, dans des fissures rocheuses dans le creux des arbres, au sol dans la mousse ou dans les tapis d’aiguilles des conifères. Quelques uns s’invitent dans les nids des oiseaux, des mammifères ou des insectes. Parmi les nombreuses variétés de pseudo scorpion l’une aime les livres (Pselaphocernes parvus) et l’autre habite dans nos maisons (Chelifer cancroides).  Ces arachnides sont mangeurs d’insectes. Ils se délectent des collemboles, des fourmis, des abeilles, des guêpes, des centipèdes, des mille-pattes et des acariens. Ce qui nous arrivera bientôt. L’animal est un prédateur utile. Lui-même fait les délices d’autres insectes. Ceci dit, les pseudo- scorpions sont de redoutables prédateurs. Ils pourchassent dans tous les coins les arthropodes commensaux (larves d’acariens, de psocoptères et de mouches) qui nous fréquentent. Ils sont inoffensifs, mais sont rarement vus du fait de leur petite taille. Ils entrent dans les maisons accrochés à des insectes ou au bois de chauffage. Ce sont des malins un peu feignants. Ils se réfugient dans les salles de bains et les buanderies. Ils recherchent les endroits humides. On peut les observer (avec une loupe) mangeant des larves d’acariens sous les élytres de certains coléoptères. Ils se régalent ! Peut-être nous montrent-ils le chemin : Car bientôt, à l’allure à laquelle nous nous reproduisons, nos ressources de bouche habituelles feront défaut. Que nous restera-t-il à nous mettre sous les dents ? Il paraît improbable, que nous redevenions les cannibales que nous fûmes autrefois. C’est pourquoi les insectes se préparent à prendre le relève des cotes de bœuf ou du poulet tandoori. Déjà les chinois, là-bas dans leurs lointaines provinces, se font d’excellents ragouts de sauterelles. Le pseudo scorpion nous montre la voie.

Est-ce ainsi que les bêtes sont ?

J-L M.