Mourir d’aimer

Mourir d’aimer

 

Je me souviens comme beaucoup de cette affaire qui avait tant fait jaser méchamment les bonnes âmes et les grenouilles de bénitier à l’époque et où même le président Pompidou avait été obligé d’intervenir  à la télévision à la suite du suicide de cette jeune professeur au visage juvénile, Gabrielle Russier ,31 ans, divorcée, deux enfants, tombée amoureuse d’un élève âgé de 17 ans.On a beau suivre  attentivement les médias  à aucun moment  un journaliste n’a encore “osé” faire le rapprochement de cette histoire avec la relation heureuse de Brigitte Trogneux et Emmanuel Macron . Et pourtant quand ils se sont rencontrés cette relation tombait sous le coup de la loi du 23 décembre 1980  du délit d’atteinte sexuelle, qui dispose qu’un enseignant qui a des relations sexuelles avec un élève mineur âgé de plus de quinze ans encourt jusqu’à trois ans de prison.(il avait 15 ans et elle…40) C’est dire combien les mentalités ont changé en quelques années. On ne meurt plus d’amour à notre époque. Tout le monde aujourd’hui s’émerveille de cette histoire d’amour .  Il y en a un, pourtant, qui doit trouver tout cela pathétique, c’est l’ancien amant de Gabrielle Russier… toujours vivant et qui, après le suicide de Gabrielle traînée dans la boue, fut même interné dans un asile car son histoire était considérée ” anormale”…C’était hier…Malheureusement Gabrielle Russier n’a pas eu la chance d’épouser un futur président de la République….Elle est morte dans une prison, rejetée comme une paria par la société, ses parents et la justice… On est très loin du” conte de fée”… Il y a une sorte d’omerta,  pour ne surtout pas rappeler ce mauvais souvenir. La loi a-t-elle été modifiée ? Macron, si elle ne l’a pas été, aurait dû la changer dès son élection. Il leur doit bien ça !

Hits: 62