On garde la musique on change les paroles

Le « Notre Père », la plus connue des prières chrétiennes, va devoir être récité ce week-end dans les églises de France dans une version retouchée. À partir de ce dimanche 3 décembre – et même samedi jour de messe anticipée – il ne faudra plus dire « et ne nous soumets pas à la tentation », qui pouvait laisser penser que les fidèles étaient poussés au péché. Place à « et ne nous laisse pas entrer en tentation », qui érige plutôt le Créateur en protecteur bienveillant en cette période de l’Avent.
Prévue depuis 2015, cette révision a fait couler beaucoup d’encre et même suscité un brin de polémique.